J’ai profité d’une offre gratuite au mois de mars pour passer le diplôme Raw Food Specialist proposé par Dogs Naturally Magazine. La promesse de ce “diplôme”, ou “certification”, est de faire de vous une spécialiste pouvant, je cite, « offrir vos services et aider l’univers à nourrir votre chien correctement ». Après cela vous pourrez fièrement arborer sur les réseaux sociaux un badge et un beau diplôme prouvant que vous avez réussi. Cependant la promesse est-elle tenue ? Ce diplôme fera-t-il de vous une spécialiste de la nourriture crue? Devez-vous dépenser environ 300€ pour le passer ? Voici mon retour. Merci à Charlotte pour la relecture de ce résumé non exhaustif.

 Les points positifs

Pour une novice totale en nutrition cette formation permettra de se familiariser avec certains termes. Vous pensez que protéine = viande ? Ok, allez-y vous pourrez apprendre des choses. Quelques autre notions peuvent être intéressantes notamment sur les acides gras et leur composition. Si les liaisons de carbone sont votre passion naissante, cela peut être un bon début. Un point qu’il est important de souligner car il ne fait pas l’unanimité dans les communautés du cru, c’est que l’apport de fibres est encouragé pour la bonne santé intestinale et pour l’action mécanique. C’est suffisamment rare pour être porté au crédit de ce contenu. Enfin les rôles des micro et macro nutriments sont plutôt bien abordés bien que de façon insuffisante.

⚠️ Les points négatifs

 Ce qui constitue pour moi une des plus grosses aberrations de cette formation est sa validation. La formation est constituée de 6 modules, dont chacun est soumis à une validation pour passer au suivant sous la forme de 4 questions à choix multiples qu’il est possible de passer trois fois en cas d’échec. Le QCM final est composé de 75 questions que vous pouvez repasser 3 fois en tout en voyant vos erreurs et en repassant les mêmes questions (mais quand même, dans le désordre… sacré piège). Avec ce type de méthode, il est facile d’obtenir un taux de réussite de 100%, même si vous n’y comprenez rien vous pourrez arborer un diplôme flamboyant.

 L’autre gros problème vient du contenu qui recèle de grosses croyances et erreurs. Par exemple : « les vitamines et minéraux biodisponibles ne se trouvent que dans l’alimentation. Le reste, ce n’est pas absorbé » (discours classique). S’il faut certes réfléchir en termes de biodisponibilité, celle-ci n’est pas liée à la provenance naturelle ou non. Par exemple quand la formatrice vous cite le foie de porc comme excellente source de cuivre (puisque c’est un aliment) c’est un très mauvais exemple car le cuivre s’y trouve sous forme d’oxyde qui n’est pas une forme biodisponible. Alors que par exemple le calcium du lithothamne qui est une algue calcaire (donc pas un aliment) est parfaitement absorbé…

 Une autre grosse erreur : “le bêta carotène est une forme synthétique de vitamine A” (j’ai cru m’évanouir, heureuseument que je n’avais pas payé 300€ pour entendre ça). Le beta carotène est un pigment présent dans certains végétaux, précurseur de la vitamine A pour l’humain et le chien (moins, voire pas, chez le chat). Ce n’est pas synthétique du tout ! Ça veut juste dire que si vous donnez du bêta carotène à votre chien à travers des patates douces, de la carotte ou de la courge, il pourra en convertir une partie en rétinol. Ça sonne moins glamour que 5% de foie, mais ça fonctionne !

 Un autre abus, et comme c’est le cas dans beaucoup de communautés, est de parler en “source de…” et pas en “quantité de…”. Exemple, « de bonnes sources de vitamine A sont le foie, le beurre ou le jaune d’œuf ». OK. Admettons que mon chien de 37kg n’aime pas le foie. Qu’à cela ne tienne, je vais lui donner du beurre. Pour couvrir ses besoins en retinol je dois lui donner 100g de beurre par jour… Soit la moitié de son besoin énergétique journalier, sous forme de beurre… Avec des jaunes d’œufs il lui faudrait 200g soit environ une dizaine par jour pour couvrir son besoin en rétinol… Vous avez intérêt à avoir des poules pondeuses productives à domicile. De même pour le manganèse qu’on « trouve dans les légumes feuillus et les noisettes». Ok, essayez de couvrir les besoins en manganèse avec des feuilles et des noisettes, on en reparle. Pareil pour le zinc avec l’affirmation « les bonnes sources de zinc sont la viande et les abats ». Faire payer les gens pour leur faire croire ça…. alors qu’il est rare de pouvoir formuler une ration sans complément en zinc, et Dieu sait qu’une ration type BARF est riche en viande et en abats !

 La partie « composition de la gamelle » constitue le sempiternel discours des groupes de BARF, vous n’apprendrez rien de plus. « 15% d’abats nous assurent d’avoir assez de vitamines et minéraux, 10% si vous ne pouvez trouver que du foie ». Quand on sait que 5% de foie couvrent entre 300 et 400% des apports en vitamine A, et que l’excès de celle-ci est toxique, tout va bien, allons y pour 10%.

 La partie sur les bactéries est l’usual shit comme quoi le pH acide tue toute les bactéries (au mépris de toutes les études qui montrent que les bactéries ingérées sont excrétées dans les selles). Aucune mention des risques pour les humains ou les chiens immunodéprimés pour lesquels on en vous parle que de vinaigre ( ???), probiotiques et viande nourrie à l’herbe.

💡 Pour conclure, pour 300€ cette formation vous délivrera des informations scientifiquement fausses et vous assènera toutes les croyances actuelles que vous pourrez trouver gratuitement sur n’importe quel site de BARF. Alors que pour 150€ vous pouvez vous payer le NRC et le Small Animal Clinical Nutrition. Alors certes vous ne pourrez pas arborer de belles cocardes ou de beaux diplômes sur Facebook et Instagram, mais vous aurez des connaissances bien plus fiables. Enfin si votre but n’est pas de passer un diplôme mais de vous référer à des professionnels, exigez la transparence, demandez sur quelles sources il ou elle s’appuie, ne vous laissez pas impressionner par un diplôme qu’il est possible d’obtenir en voyant les réponses et dont le contenu est scientifiquement douteux.

La Cantine d'Owen

GRATUIT
VOIR