C’est un sujet qui peut s’avérer source d’angoisse pour les deux parties, à tel point que certains propriétaires mentent à leur vétérinaire sur l’alimentation qu’ils donnent à leur animal par crainte d’être mal perçus. Pourtant, la relation vétérinaire-propriétaire devrait être basée sur la communication et le dialogue, et dire à son vétérinaire que son animal mange des croquettes alors qu’il est au BARF ou à la ration ménagère ne rendra service à personne. 

Pourquoi votre vétérinaire fait la grimace quand vous lui parlez d’alimentation maison ?

l’équilibre

La première raison concerne sans doute l’équilibre des régimes ménagers. Si les croquettes ont des défauts, elles ont (pour la plupart) au moins le mérite de pouvoir fournir un équilibre nutritionnel. Les régimes ménagers sont souvent faits « avec le coeur » par les propriétaires, et avec l’envie de bien faire, mais ce n’est pas toujours le cas en pratique. Ainsi, un régime ménager déséquilibré sera toujours plus mauvais qu’une croquette. Si votre vétérinaire identifie des failles dans la ration de votre animal, ne pensez pas qu’il vous propose des croquettes par cupidité, mais peut être pour s’assurer que vous puissiez distribuer un aliment équilibré à votre animal. 

Qu’il s’agisse de BARF ou de ration ménagère, les carences seront tout aussi délétères et il est faux de penser que les vétérinaires sont fondamentalement contre l’un plus que l’autre. Ils sont en réalité pour l’équilibre. 

l’observance

L’observance est la capacité à mettre en application une prescription, qu’elle soit médicale ou nutritionnelle, de façon régulière et telle qu’elle a été rédigée. En d’autres termes appliqués à la nutrition, cela signifie que le propriétaire doit pouvoir donner à son animal la ration telle qu’elle a été formulée, dans les quantités indiquées, avec les aliments indiqués, tous les jours et ce sans modifications ni oublis. Si cela peut sembler évident en théorie, ça l’est beaucoup moins en pratique car nombreux sont les propriétaires qui pensant bien faire ou faire plaisir à leur animal, s’écartent de la formulation, avec plus ou moins de conséquences in fine. 

Ainsi, le vétérinaire peut être légitimement frileux à encourager une alimentation plus contraignante qui puisse ne pas être suivie comme il le faudrait, et engendrer des conséquences pour l’animal.

La sécurité

Si des risques existent, il est du devoir du vétérinaire d’en informer le propriétaire. Les risques peuvent être ceux d’une carence, mais également ceux liés à l’aspect sanitaire. Si votre vétérinaire vous fait par exemple  part des risques liés à la distribution de viande crue, cela ne signifie pas qu’il soit « anti barf », ou « anti ration ménagère » ou « pro croquettes » ou « à la solde des laboratoires ». Cela signifie qu’il vous informe de faits, pour vous permettre de faire un choix éclairé. 

A la Cantine d’Owen, nous vous informons également de ce risque, ou encore, nous vous conseillons de faire cuire le porc, nous vous expliquons pourquoi, mais le choix final vous revient en toute connaissance des risques. 

Un professionnel doit s’inscrire dans cette démarche, et cela ne reflete pas ses propres convictions mais son devoir éthique de professionnel. 

la nutrition est une discipline à part entière

Il ne viendrait à l’idée de personne de fustiger son cardiologue pour sa méconnaissance en dermatologie. Votre vétérinaire traitant est comme votre médecin généraliste, apte à vous diriger vers un spécialiste si il estime que cela est nécessaire ou que le cas de vous ou votre animal nécessite des compétences qu’il n’a pas suffisamment. La nutrition est une discipline à part entière dans laquelle des vétérinaires et ASV se sont spécialisés. Remerciez un vétérinaire qui vous orientera vers quelqu’un de confiance car cela dénote de sa volonté de vous accompagner au mieux et de vous offrir la meilleure alternative. 

soyez honnête avec votre vétérinaire

Les carences alimentaires peuvent créer des problèmes de santé ou des désagréments à votre animal. Mentir à votre vétérinaire sur l’alimentation que vous distribuez ne lui permettra pas de soigner votre animal correctement. Une relation de confiance doit être instaurée, et si vous n’êtes pas à l’aise avec un professionnel de santé quel qu’il soit, il est possible de changer en toute intelligence mutuelle. 

De plus en plus de vétérinaires s’intéressent à la nutrition face à la demande croissante des propriétaires. C’est une opportunité qui ne devrait pas être laissée de côté car chacun peut apprendre de l’autre dès lors que le respect est de mise.

en conclusion ?

Personne n’a 100% tort et personne n’a 100% raison. Certaines craintes des vétérinaires, notamment concernant l’équilibre et l’observance sont légitimes et doivent être abordées si le propriétaire indique nourrir ou vouloir nourrir son animal avec une alimentation maison. Son rôle est d’informer sur les bénéfices et les risques et cela ne signifie pas une hostilité ferme et définitive. 

De son côté, le propriétaire doit pouvoir faire un choix éclairé sur l’alimentation de son animal, en toute sécurité. Son choix doit pouvoir être respecté et accompagné le mieux possible selon les options disponibles.

C’est en conclusion un travail d’équipe et de respect mutuel dans l’intérêt de l’animal.

Inscrivez-vous pour recevoir nos informations et promotions !

Inscrivez-vous pour recevoir nos informations et promotions !

Promis, nous ne spammons pas ! Nos emails serviront à vous faire part d'infos importantes sur la Cantine, d'infos nutrition, ou pour vous informer de promotions en cours, rien de plus !

Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte !